ACTUALITÉS

Province du Luxembourg
François De Smet à la rencontre des acteurs de terrain sur l’intégration et la coordination alimentaire
François De Smet - Libramont
Le vendredi 13 décembre 2019

Le vendredi 6 décembre, François De Smet, président de DéFI et député fédéral, était reçu par la section de Libramont pour une rencontre avec des acteurs locaux de la Province du Luxembourg. L’objectif du nouveau président de DéFI ? Découvrir sur le terrain les enjeux de la région Centre-Ardenne avec nos militants et mandataires. Mais aussi aller à la rencontre des représentants de la société civile sur des thématiques-clés tant à l’échelon fédéral que local comme l’intégration, la migration ou encore la lutte contre la pauvreté.

Intégration et accueil

Avec Nicolas Contor, directeur du Crilux (Centre Régional d’Intégration de la province de Luxembourg), François De Smet a pu s’entretenir des parcours d’intégration des migrants. Le Crilux a pour mission l’intégration, l’appui et l’accompagnement en collaboration avec les pouvoirs locaux et le tissu associatif notamment la formation des agents, l’information aux écoles. Le Centre Régional s’occupe également du développement du parcours d’intégration wallon et délivre des attestations de fréquentation sur les 18 mois du parcours. « Le Luxembourg a toujours été une terre d’accueil et Libramont est même reconnue comme commune hospitalière. Cependant, constate Nicolas Contor, les migrants vont plus facilement vers les grandes villes que le milieu rural et ce, malgré les dix centres d’accueil de la Province. Il y a toujours des gens qui ne veulent pas des étrangers mais, globalement, cela se passe bien entre les populations locales et ces migrants. »

A Saint-Ode, le site de Beauplateau abrite, au milieu des bois, un centre d’accueil pour MENA (Mineurs étrangers non accompagnés). Avec une capacité d’accueil de 35 places, Beauplateau permet à des jeunes de moins de 18 ans provenant de l’extérieur de l’Union européenne de suivre une procédure de demande d’asile. Et ce, tout en étant logé et scolarisé jusqu’à leur 18 ans quand est exécutée la décision de les accueillir en Belgique ou de leur refuser cet accueil.

Lorsqu’un MENA est pris en charge, il passe par trois étapes, a expliqué Charles Charneux, responsable du projet MENA au centre d’accueil de l’aide à la jeunesse de Beauplateau :

  • Accueil dans un centre d’observation et d’orientation (max. 1 mois)
  • Accompagnement durant toute la procédure de demande d’asile (environ 2 ans), par exemple au centre du Beauplateau. C’est également durant cette période que le mineur obtient la validation ou non de son statut de réfugié.
  • Autonomie accompagnée. Une phase qui n’est pas prise en charge par la Province du Luxembourg. 

Le centre de Beauplateau accueille des enfants et adolescents de plusieurs nationalités : Afghans, Congolais, Syriens, Palestiniens, Sénégalais,… Tous avec des parcours de vie compliqués : passeurs, trajet illégal en camion, maltraitance durant le voyage, etc… Un travail social est donc mis en place par les éducateurs dès l’arrivée des jeunes. Ceux-ci sont également scolarisés grâce à un partenariat avec des écoles de la région. Ils sont encouragés à pratiquer un sport et à s’intégrer à des activités culturelles et/ou professionnels. Ils ont aussi droit de sortie le week-end pour retrouver des amis à Bruxelles, par exemple.

François De Smet - LibramontFrançois De Smet - Libramont

Coordination de l’aide alimentaire

Également sur le site Beauplateau, François De Smet a eu l’occasion de rencontrer les équipes d’Alimen’T. Une ASBL née de la volonté des pouvoirs publics provinciaux qui coordonne maintenant l’aide alimentaire de la région Centre-Ardenne, a détaillé son coordinateur Jean-Paul Weles. Alimen’T fonctionne en lien avec deux autres ASBL, AB Lux et Futur simple. « L’ASBL fait la promotion des circuits courts pour les personnes défavorisées et aident 1.500 bénéficiaires via 35 CPAS. Alimen’T a également développé une boutique solidaire avec des produits du terroir et de l’artisanat proposant une double tarification. Les personnes qui ne sont pas dans le besoin paient le tarif plein pour que des personnes défavorisées puisque acheter les mêmes produits moins chers. Ces lieux sont moins stigmatisant que les CPAS ou la Croix-Rouge et permettent plus de cohésion sociale. »

François De Smet - Libramont

 

Dans la même rubrique
DéFI dit stop à la disparition des commerces aux centres de nos villes en Wallonie !
Commerce DéFI dit stop à la disparition des commerces aux centres de nos villes en Wallonie !
Libramont-Chevigny met en lumière ses artistes d’hier et d’aujourd’hui
Province du Luxembourg Libramont-Chevigny met en lumière ses artistes d'hier et d'aujourd'hui
“On doit se mobiliser pour fortifier l’État belge avec nos amis flamands”
Grand entretien “On doit se mobiliser pour fortifier l'État belge avec nos amis flamands”
Congrès électif & Réception de Nouvel An : les infos pratiques !
élections internes Congrès électif & Réception de Nouvel An : les infos pratiques !
Libramont-Chevigny s’engage aussi en faveur du service citoyen
Luxembourg Libramont-Chevigny s'engage aussi en faveur du service citoyen
Utiliser des feux d’artifice à bruit contenu pour réduire le stress des animaux de compagnie
Libramont-Chevigny Utiliser des feux d’artifice à bruit contenu pour réduire le stress des animaux de compagnie