ACTUALITÉS

Province du Luxembourg
DéFI alerte sur la situation de la police des chemins de fer, censée contrôler le port du masque dans les trains
Le jeudi 30 avril 2020

La stratégie de déconfinement présentée par le Conseil national de sécurité prévoit notamment l’obligation, à partir du 4 mai, de se couvrir la bouche et le nez dans les transports en commun pour les usagers de 12 ans ou plus. De son côté, le ministre Bellot a annoncé des contrôles par la police des chemins de fer et Securail en vue de faire respecter cette obligation, avec des amendes à la clé.

S’agissant de la province de Luxembourg, DéFI estime que les intentions du ministre risquent de se heurter à la réalité de terrain. « La police des chemins de fer y est très mal en point« , déclare d’emblée le président de DéFI Luxembourg, Jonathan Martin.

Un travail indispensable

« Il y a un peu plus de 2 ans, la police des chemins de fer (SPC) comptait encore une quinzaine d’agents en Luxembourg. Aujourd’hui, ils ne sont plus que 3 à travailler au poste de Libramont. Un poste devenu un satellite de Liège et condamné à disparaître. C’était en tout cas le scénario qui semblait se dessiner lorsque le ministre Jambon était encore aux manettes. Tant qu’il y aura du personnel, le poste restera ouvert. Voilà ce qu’il avait déclaré en substance. Mais avec deux agents proches de la retraite (l’un part déjà à la fin de cette année) et un détaché, les jours du poste semblent comptés« , continue l’échevin libramontois.

Pourtant, au-delà d’un rôle à jouer dans le cadre du déconfinement, DéFI juge indispensable le travail de la police des chemins de fer.

« La police des chemins de fer dépend de la police fédérale. Les trains, les voies ferrées et, pour les phénomènes supra-locaux, les quais et points d’arrêt constituent leur terrain d’action prioritaire. La SPC est mobilisée sur son terrain spécialisé dans le cadre de la lutte contre le trafic de stupéfiants, la traite des êtres humains ou encore la menace terroriste. Elle intervient aussi lors des accidents ferroviaires, des infractions à hauteur des passages à niveau ou encore lors des vols de câble. Il y a aussi les différends commerciaux, les vols à la tire ou, tout simplement, les incivilités. Ce sont là quelques missions inhérentes à la police des chemins de fer« , détaille Jasmine Arendt, secrétaire de DéFI Luxembourg.

Une nouvelle mission qui ne va pas aider…

Sur le terrain luxembourgeois, selon DéFI, les choses sont déjà très compliquées. C’est dire si la nouvelle mission conférée aux agents ne va pas aider.

« Avec trois agents pour couvrir toute la province, quand l’un d’eux n’est pas appelé en renfort dans une autre province, vous imaginez bien que la capacité d’action de la police des chemins de fer est clairement limitée. Une situation qui n’est pas sans impacter la police locale, qui doit théoriquement prendre le relais en l’absence d’intervention de la SPC dans la demi-heure. Dans les faits, c’est tout autre chose car la police locale est elle-même en grande difficulté. De manière générale, la réduction des effectifs entraine aussi une réduction des constats et donc des procès-verbaux. Tout cela ne fait qu’accroître le sentiment d’impunité« , explique Jonathan Martin. 

Et qu’en sera-t-il en cas de disparition du poste de Libramont ?

« Il faudra alors probablement faire partir les équipes depuis Liège, ce qui augmentera le temps d’intervention et impactera immanquablement la fluidité du trafic ferroviaire. On devine aussi que la pression sur les polices locales n’ira pas en diminuant. Après la fermeture de la Protection civile, on a vraiment l’impression de se repasser le même feuilleton« , prévient-il.

En conclusion, très inquiet de la situation, DéFI compte interpeller tout prochainement le ministre de l’Intérieur. François De Smet s’y est engagé.

Dans la même rubrique
Hygiène menstruelle
Journée mondiale de l’hygiène menstruelle "Il faut, dès le plus jeune âge, démystifier les règles auprès des filles comme des garçons"
Des capsules artistiques qui ont cartonné pendant le confinement
Libramont-Chevigny Des capsules artistiques qui ont cartonné pendant le confinement
Réenchanter l’Europe pour la rendre plus forte et plus proche
Journée de l'Europe Réenchanter l'Europe pour la rendre plus forte et plus proche
Déception pour DéFI suite au Conseil national de sécurité : on oublie le sport équestre !
Déconfinement Déception pour DéFI suite au Conseil national de sécurité : on oublie le sport équestre !
« Les commémorations sont des devoirs de mémoire »
75e anniversaire de la fin de la Seconde Guerre mondiale "Les commémorations sont des devoirs de mémoire"
Ne pas confiner le débat démocratique au niveau communal
Coronavirus Ne pas confiner le débat démocratique au niveau communal